La Saison des ouragans : roman

Livre

Melchor, Fernanda (1982-....). Auteur

Edité par Grasset - 2019

Inspiré d'un fait divers, La saison des ouragans s'ouvre sur la découverte d'un cadavre. Dans le canal d'irrigation, aux abords du petit village de La Matosa, un groupe d'enfants tombe sur le corps sans vie de la Sorcière. À la fois redoutée et respectée, elle habitait une maison pleine de mystères où les femmes de la région venaient lui rendre visite pour lui demander de l'aide  : maladies, mauvais sort, mais aussi avortements discrets. À l'instar de Chronique d'une mort annoncée de Gabriel García Márquez, nous découvrons au fil du roman les événements qui ont mené à son assassinat, les histoires des bourreaux qui sont autant de mobiles expliquant les raisons du meurtre de cette envoûtante Sorcière de La Matosa.Yesenia a vu son cousin Luismi, accompagné de Brando, sortir de la maison de la Sorcière avec un corps. Il y a également Munra, le beau-père boîteux de Luismi, qui conduisait le camion le jour de l'assassinat, un simple exécutant dit-il aux policiers. Luismi vit avec Norma, une jeune fille de 13 ans. Elle a été admise à l'hôpital pour d'importants saignements à la suite d'une visite chez la Sorcière. Brando, lui, a besoin d'argent pour ses projets. Un trésor serait caché dans la maison de la femme maléfique. Autant de raisons pour commettre l'irréparable et autant de perspectives qui nous plongent dans la campagne mexicaine où la misère, la drogue et la violence poussent les gens à la folie autant que l'extrême chaleur qui s'installe. Ce qui, en plein mois de mai, semble annoncer que la saison des ouragans sera violente…Grâce à cette intrigue policière à rebours, Fernanda Melchor dresse un formidable portrait du Mexique et de ses démons. Sa langue est crue, musicale, elle retranscrit la brutalité avec beaucoup de talent. Il s'agit d'un livre sur les pulsions et la violence mais également sur l'une des figures du féminisme – souvent fantasmée, toujours persécutée –, qu'on a cherché à abattre depuis la nuit des temps  : la sorcière.Traduit de l'espagnol...

Voir la collection «En lettres d'ancre»

Autres documents dans la collection «En lettres d'ancre»

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des professionnels

  • La saison des ouragans de Fernanda Melchor 4/5

    Au Mexique, à la Matosa, le corps sans vie de la Sorcière est retrouvé dans le canal par des enfants. En partant de là, l’autrice nous emmène dans la tête des différents protagonistes ayant mené à ce meurtre. Ce roman est vraiment intéressant, puisqu’il permet de nous emmener dans la vie quotidienne des mexicains. La drogue et les narcotrafiquants, la chaleur et le manque d’eau, l’alcool, font de l’environnement des personnages un lieu infernal. La Sorcière et ce qu’on lui a fait subir, était un moyen de dénoncer les violences faites aux femmes depuis des siècles. Le langage utilisé, cru voire grossier, installait dans la vie quotidienne des personnages, puisqu’en règle générale, on a plutôt tendance à se défouler verbalement, surtout dans les situations aussi tendues que celle du Mexique. Le seul point un peu négatif est que ce livre est compliqué à lire. En premier parce qu’il n’y a pas de paragraphe, ce qui ne donne pas de repère dans le texte. Ensuite, les phrases sont très longues, les dialogues sont mêlés au texte également, ce qui ne permet pas de les différencier. Lorsque je lisais, tous ces éléments m’ont donné l’impression de ne pas pouvoir respirer. Peut-être était-ce l’effet recherché par l’autrice.

    Sarah ROUSSEAU - Le 29 mars 2024 à 10:27